« Lu dans l’express L’Entreprise (p18) : SPÉCIALISTE DE LA GESTION D’ACTIFS INDUSTRIELS »

Industrial Asset Consulting accompagne ses clients pour des missions majoritairement à l’international depuis quatre ans. Son engagement : sécuriser la performance financière à court terme sans fragiliser l’activité à long terme, i.e. optimiser les impacts tant sur le Bilan que sur le Compte de Résultat.


C’est pour accompagner l’évolution des besoins des industries de process et de manufacturing que les trois fondateurs d’Industrial Asset Consulting ont décidé de créer leur structure après plus de 20 ans en grands cabinets.

« Les industriels ont renforcé leurs équipes pour mener leurs projets d’amélioration, mais ils ont toujours besoin d’apports spécifiques en gestion d’actifs industriels, analyse Laurent Tétard, Co-fondateur.

Pour cela, ils veulent un conseil senior et expérimenté, culturellement compatible, particulièrement à l’étranger, et capable de mener un dossier de A à Z pour des résultats rapides et pérennes. »

Une offre qui a su convaincre aussi bien des entreprises du CAC 40 et du SBF 120 que des PMI, dans des secteurs variés : Ciment, Minéraux, Sidérurgie, Oil & Gas, Chimie, Aerospace & Défense, Agro-alimentaire.



Lean cousu main

asset-equipeIndustrial Asset Consulting intervient aussi bien dans le cadre de missions longues que ponctuelles, et toujours avec une approche pragmatique : il ne suffit pas de dire ce qu’il faut faire, il faut aussi préciser comment.

«Nous intervenons souvent dans des secteurs industriels fortement capitalistiques, où le Total Cost of Ownership est fondamental, et notre but est de concilier les points de vue de l’industriel et du financier, précise Erwan-Jean Sureau, Co-fondateur. Nous intervenons directement sur la performance des opérations, mais aussi sur les processus transverses tel que le PtoP. »

Du Lean cousu main, et en ligne avec l’ISO55000, pour optimiser le cycle de vie complet des actifs industriels.

-----------------
Source : Article du site lexpansion.lexpress.fr
Retrouvez l’intégralité de l’article ici (page 18)